TCHADAR 2005

"L'ultime liaison "

du 26 janvier au 14 février

   

Avant l'expédition...Lire la suite

L'Indalo Aventure vous emmène sur la rivière gelée dit le « Tchadar »,située dans l'Himalaya Indien,plus précisément dans la région du Zanskar au Ladakh. Une traversée magique entre deux mondes, celui de la roche et celui de la glace, dans les gorges de la rivière Zanskar. De janvier à février, la rivière se gèle partiellement et devient pour quelques semaines l'unique liaison entre les vallées bloquées par les cols enneigés et Leh, la capitale du Ladakh. Chaque pas est important, on est à l'écoute de la nature et de soi même. La rencontre avec les Zanskaris prend une autre dimension…

La nuit, le feu crépite dans les grottes, tous sont assis les mains tendues vers les flammes, les visages s'éclairent et les premiers échanges peuvent vraiment se faire...

Une aventure qui nous conduira chez les nonnes de Cullican pour un premier projet d'aide aux moniales; ensuite, par le fleuve gelé, jusqu'au monastère et village de Lingshed, perchés à plus de 4000 mètres d'altitude, pour un deuxième projet humanitaire et pour un échange entre les enfants de 5 ème primaire de l'école de Fraiture (Belgique) et les enfants de l'école de Lingshed.

Une vie simple où seules, les valeurs essentielles ont cours : celles de l'accueil et du plaisir d'échanger un sourire en se croisant sur la « Khado Sanglam », la piste des Fées; celles enseignées par le bouddhisme et qui aspirent à la sérénité. Une aventure qui permettra de découvrir la vie intime des Zanskaris pendant l'hiver.

Le logo de notre expédition représente AMITHABA : le Bouddha de la lumière infinie, il personnifie l'énergie du Lotus qui transforme les passions en pureté spirituelle. Il est le seigneur de l'ouest et symbolise la sagesse et la méditation. Il est représenté assis en lotus tenant le bol du mendiant dans ses mains.

Notre expédition apporte deux grands projets humanitaires...Suivez-nous dans ce périple un peu fou...

« Le sentier est le but »

Kuna Puta .

« Une randonnée qui n'a pas son pareil au monde... »

« Un monde loin du monde »

--------------------------------------------------------------------------------

 

JOUR 01 - Mercredi 26 janvier :

Bruxelles (Belgique) – New-Delhi (Inde)

Le réveil à 02.00h du mat est très dur pour certains ! C'est en compagnie de nos chauffeurs Didier et Nicolas que nous nous rendons à Zaventem. Nous avons pu trouver un accord avec la compagnie aérienne Alitalia pour le supplément de poids de 40 kg pour apporter au Ladakh. Après le vol d'une heure et demi pour Milan et de là, 6135 km et sept heures pour rejoindre New-Delhi, l'arrivée est un peu mouvementée car nous ne trouvons pas notre agent … après maintes recherches et en sortant plusieurs fois de l'aéroport … finalement nous le trouvons, c'est Tsering qui nous repère avec nos sweat-shirts aux logos de l'expé. Les Ladakhis sont plutôt réservés. Aujourd'hui, c'est la fête de la République Indienne, ceci explique cela … Après une heure de route dans un chaos pas possible, je vous donne quelques exemples : rouler à cinq de front sur trois bandes, vaches sacrées sur la voie rapide, passer au rouge etc…. nous arrivons vivants au Tibetan Camp. Je ne peux vous donner l'adresse car nous n'avons jamais su où nous avions logé….

 La compassion n'est pas affaire de religion, elle est affaire d'homme : elle n'est pas superflue, elle est essentielle à notre sérénité et notre stabilité psychologique individuelle, elle est essentielle à la survie de L'homme. » 

Dalaï lama

Les participants:

Roland GHIGNY , 39 ans, marié, deux enfants de 11 ans(Elénie et Corentin). Initiateur du projet et chef d'expédition.

Finalement, je me demande si une des escales les plus importantes de notre voyage n'est pas celle où nous jetons notre plan par-dessus bord. En acceptant de renoncer à nos grilles et systèmes de références, nous abandonnons nos préjugés et sans doute sommes-nous alors mieux préparés à percevoir le charme secret de chaque nouvelle destination, de nous rappeler que nous sommes tous le prolongement de l'Histoire de l'humanité. L'important est de ne jamais oublier que nos souvenirs les plus chers sont ceux qui nous rappellent les véritables richesses de notre vie et l'importance d'entretenir les liens qui nous unissent les uns aux autres ....
Loreena Mc Kennitt

 

Thibaut CHARLIER , 31 ans, marié, deux enfants (Louise et Arthur).Informatitien de l'expédition, responsable du projet des nonnes de Rizong.Responsable de l'envoi des mails et des photos par satéllite.

Un voyage un peu magique à la rencontre des autres, de soi et de la nature.
Ce voyage m'a permis de stopper la course folle de ma vie actuelle, et de découvrir une petite partie de notre planète, le Ladakh.
Le ladakh ce n'est pas seulement sa température extrême ou son décor somptueux, mais c'est surtout un peuple qui mène une vie rude mais dans le rire et la bonne humeur.
Je tiens à remercier Roland pour les heures qu'il a passé à préparer cette expédition dans les moindres détails, pour ses conseils toujours judicieux, et pour son amitié.
Merci aussi à Laurence, mon épouse, de m'avoir permis de vivre cette aventure.

 

Isabelle WATELET , 36 ans, informaticienne.Responsable du projet de Lingshed.

Voici ce que je retiens de ce voyage dans le temps:
Le bonheur de marcher entre ces montagnes grandioses où l'on peut lire la genèse du massif. L'admiration pour ces enfants qui bravent le froid et les caprices du fleuve pour se rendre à l'école sourire aux lèvres. L'entraide de nos porteurs et des Ladakhis rencontrés sur le Tchadar. Les enfants adorent chanter. C'est un plaisir que de les écouter, de danser avec eux et de leur apprendre des contines de chez nous. Je n'ai pas l'impression d'être partie en expédition mais plutôt d'être allée rendre visite à des amis. Un accueil des plus chaleureux que je n'oublierai pas.
J'y retournerai. C'est certain.

 

Thierry BLANCHART , 27 ans, célibataire, benjamin de l'expédition.

Quelle expérience!!! C'est le genre de voyage qui n'est pas facile à raconter, l'ambiance du Ladakh et le contact avec les gens sont très particuliers. C'est un voyage qui se vit, chaque jour à eu sa dose d'émotion (humaine ou physique).
Je n'oublierai jamais les rencontres avec les gens qui marchent sur le fleuve non par plaisir mais par obligation, les paysages grandioses, les nuits sous tente, les rochers, le mal de l'altitude, les réactions parfois étranges des locaux, l'aéroport de Leh sans avions... Puis les 10 jours partagés avec nos porteurs, notre cuistot et notre guide, l'entre-aide qu'il y avait, nous nous savions tous être dans le même bateau, le but étant d'arriver en entier (et presque sec) au même endroit. Certains passages ont été plutôt sports (c'est devenu le dicton de l'expédition), et lorsque la glace a cédée sous mes pieds et que je suis tombé dans l'eau jusqu'à la taille, ! cela restera un moment inoubliable dans ma vie.
Je remercie mes compagnons de route (ou plutôt de piste, de glace, d'eau, de rochers...), Roland pour l'organisation parfaite de l'expédition, Didier qui a fait un sacré bon boulot pour le site web, toutes les personnes qui nous ont suivi et encouragés de près ou de loin et bien sûr les gens formidables rencontrés sur place qui par un simple sourire nous font porter un autre regard sur le monde et notre façon de vivre. Julley.


 

L'Inde se situe au centre du continent asiatique formant d'une certaine façon la limite entre le Moyen-Orient et l'Asie du Sud-Est...Lire la suite

--------------------------------------------------------------------------------

JOUR 02 - Jeudi 27 janvier :

New-Delhi (Inde) – Leh (Inde)

Après quelques heures de repos, nous sommes transférés dans la partie des vols intérieurs de l'aéroport de New-Delhi. Notre avion de Jet Airways est bien annoncé mais avant toute chose il faut aller reconnaître les bagages sur le tarmac !!! Notre vol s'effectue tôt le matin vers 08.00h. Le survol des montagnes est absolument magnifique, on aperçoit le Karakorum. L'immense glacier du Siachen au nord de la Nubra et le Ladakh sont superbes. L'avion décrit un cercle presque au-dessus du monastère de Spituk, et après un vol de 01.15h, nous atterrissons sur une piste assez courte qui demande au pilote une certaine habileté. Nous voilà dans la capitale du Ladakh, à 3 500m d'altitude. Entre Leh et New-Delhi, il y a 40 degrés de différence !!!

A notre arrivée, il fait -14°c, l'altitude est de 3525m. Nos têtes tournent dû au manque d'oxygène, le moindre effort nous met hors d'haleine. Nous sommes accueillis avec des Kataks par les enfants, futurs pensionnaires de l'internat sponsorisé entre autres par TDF. Nous sommes émus de voir ces petits qui nous attendent dans le froid. Nous nous rendons à notre hôtel LASERMO ( photos 1 et 2 ) avec eux et leur responsable Lobsang Dolma pour faire plus ample connaissance (photos 3 à 5 ) .

La rencontre avec Stanzin Lakpa, notre agent local, est un petit peu émouvante car on se replonge dans « Caravane pour une école » d'Olivier Föllmi, en effet il se trouve dans l'histoire ….

Les enfants ont reçu les cadeaux et courriers offerts par leurs parrains et marraines. En retour, les enfants offrent leurs dessins, merci Brigitte pour les feuilles et marqueurs !! . Isabelle rencontre la petite Stanzin Rigdol qu'elle sponsorise ainsi que son papa originaire de Lingshed, c'est la plus petite ( photo 6 ) . Notre première séquence polaroïd commence, les enfants sont aux anges et Thibaut et Isabelle ne manquent pas de distribuer des photos du Dalaï-Lama. Avec toute l'émotion de ces premiers instants, on s'active beaucoup et Lakpa nous répète qu'il faut aller nous reposer … en effet le mal d'altitude nous guette !!!!

L'après-midi, nous nous rendons avec Ani Palmo, la responsable des nonnes de Cullican près du monastère de RIZONG, dans la ville de Leh pour acheter des vêtements chauds pour elles, sponsorisé par Netsolution sprl (Thibaut). Nous fixons rendez-vous avec elle dans leur temple de Leh pour le lendemain. ( photo 7 )

Thierry rentre habillé en Goncha (tenue traditionnelle Ladakhi). Tous les Ladakhi riaient en le voyant passer, mais il trouve le manteau bien chaud !!!!

Notre informaticien de service :THIBAUT envoie les photos via le téléphone satellite Iridium, par -14°C, depuis la terrasse de notre lodge...   tout confort..... température de 5°C dans les chambres.... 2°C dans la salle de bain, pas d'eau courante... mais avec télé . ( photos 8 et 9 ) depuis la terrasse de notre lodge.

« La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu'un. »

Dalaï Lama

1
2
3
4
5
6
7
8
9

Leh est la capitale et la ville la plus grande du Ladakh...Lire la suite

--------------------------------------------------------------------------------

JOUR 03 - Vendredi 28 janvier :

Leh - Rizong :

Nous avons appris ce matin que nous avons eu beaucoup de chance avec l'avion de Delhi à Leh, car c'est le seul jour de la semaine où l'avion a pu se poser suite aux mauvaises conditions climatiques.
Ce matin, nous partons pour le monastère de RIZONG (photo 10). En chemin, nous faisons une petite pause pour boire un « Black Tea ou Hot Milk » les deux boissons pour les 15 prochains jours (photo11 et 12) ….. les conditions de route et par endroit de piste sont vraiment pénibles … elles sont parsemées de panneaux routiers assez rigolos (photo 13).

Il faut remonter les 5 km du vallon adjacent de Wulletokpo, le long du ruisseau du même nom, pour découvrir le monastère perché de Rizong. Il est niché au creux d'une cuvette rocheuse, encore en pleine activité. Ses bâtiments sont blanchis à la chaux. Il fut fondé récemment, au XIXème siècle, à l'emplacement d'une grotte par un moine de Saspol, Tsulrim Nyima. Il abrite actuellement une cinquantaine de moines de l'ordre Gelugpa, les "bonnets jaunes", et est dirigé par le Sras Rinpoche. Les derniers 300 mètres de dénivelé à pied pour accéder au Monastère sont fastidieux. Notre acclimatation n'est pas encore au top (photo 14 et 15) . L'accueil est très chaleureux et le moine Thupstan Dorjay Mymypa (photo 16) nous ouvre la porte d'une partie ancienne du temple. C'est avec stupéfaction que nous découvrons le logo de l'expédition (photo 17) . Le moine nous permet de filmer et de faire des photos au flash, ce qui est normalement interdit pour ne pas abîmer les peintures. Il me demande de prendre une photo d'un pan de mur qui se fissure à cause de l'eau afin de pouvoir le restaurer.

En ressortant sur le toit, séquence polaroïd : les moines et moinillons sont heureux et nous aussi (photos 18 à 22). Un tout vieux moine enlève même ses grosses chaussettes toutes rapiécées …. Il n'a pas de chaussures !!! (photo 20) . De là nous sommes invités dans la cuisine...un grand privilège. Les moinillons prennent leur repas dans un coin (photo 23) et on nous offre le traditionnel thé au beurre de yak...  à goûter absolument … Le thé au beurre est un élément indissociable de toute cérémonie. Les moines peuvent en boire jusqu'à 40 tasses par jour. Il est riche en graisse et idéal pour se réchauffer en hiver.

Je regrette de ne pas en avoir bu mais il fallait quelqu'un pour filmer et faire des photos (ROLAND) C'est toujours les mêmes qui se sacrifient !!!!!! (photos 24 a 26) Dorjay, notre guide nous montre comment faire : mettre une cuillère de Tsampa dans le creux de la main, la mettre en bouche puis boire du thé. "J'essaie. La farine me colle dans la bouche et sur le palais. Pas évident à décoller sans mettre les doigts en bouche" (Isabelle)

En quittant le monastère nous nous sommes arrêtés à la nonnerie de Cullican, (photos 27 et 28) située sur la rive droite de l'Indus. A 75 km à l'ouest de Leh, celle-ci est entourée d'une forêt d'abricotiers.
Jean-Claude et Sylvana Taburiaux avaient pris une photo l'été dernier d'une nonne et Roland le lui a remise (photo 28). Thibaut, dans le cadre de son sponsoring, a donné une partie des vêtements à la responsable locale (photos 29et 30).

Tout au long de la route de Leh à Rizong, nous retrouvons les fameux panneaux de sécurité routière placés par une association, en voici quelques exemples:

"After wisky driving risky"
Devant un ravin le panneau disait: "Drive not fly"
"Self Control"
"Drive fast and test our recovery"
"Prudence aujourd'hui, en vie demain" (photo 31)

Nous avons terminé notre soirée en compagnie d'Ani Palmo et des nonnes dans leur temple de Leh, pour voir le film réalisé l'été dernier par Jean-Claude et Sylvana (Autres Regards), Nous avons bien rigolé de les voir rire d'elles-mêmes, une soirée mémorable (photo 32).

« Nul besoin de temples, nul besoin de philosophies compliquées. Notre cerveau et notre cœur sont nos temples. »

Dalaï Lama.

10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
 
28
29
30
31
32
 

Sur la rive droite de l'Indus, on passe devant la nonnerie de Chulichen ou Cullican. Lire la suite...

--------------------------------------------------------------------------------

JOUR 04 - Samedi 29 janvier :
Leh - Thiksey :

Ce matin très tôt, nous partons pour le monastère ( gompa ) de Thiksey (3400 m) situé à 20km de Leh (photos 33 et 34) , sur la rive droite de l'Indus. C'est un passage obligé avant de partir pour le Tchadar (photos 35 et 36). Ce monastère est particulièrement célèbre, peut-être parce que très photogénique. Il a été construit il y a 600 ans au sommet d'une colline rocheuse surplombant la vallée. Il se compose de 12 niveaux avec au sommet les appartements privé du Lama. Le gompa contient 10 temples. En dessous du monastère, les chapelles et les cellules des moines s'étagent jusqu'à la base de la colline. Environ 100 moines de l'ordre des « Gelugpa », les « Vertueux » (ou «bonnets jaunes») vivent ici.

Après être entré dans la cour principale, vers la droite, on découvre le nouveau gompa , inauguré en 1980 par le Dalaï Lama. Il contient une statue du Bouddha de 15 mètres de haut. C'est le plus grand Bouddha du Ladakh, sa construction prit quatre ans. La sculpture est faite d'argile et couverte de peinture d'or. L'intérieur est rempli de Kandshur et de Tandshur : volumes de textes canoniques bouddhiques.

La statue de Maitreya (photo 39) ("compassion " en Sanskrit) a été faite entièrement par les artisans locaux et représente le Bouddha du futur. La prophétie du Bouddha est que le monde subira un tel chaos que le futur Bouddha enseignera la compassion au peuple.

Située directement au-dessus de ce temple, une petite salle étroite est utilisée comme classe pour les garçons. Ici, les lamas instruisent les enfants à partir de 7 ans. Certains plus tard seront choisis pour devenir des lamas. Les frais d'enseignement sont supportés en partie par la famille. Traditionnellement, les familles Ladakhi donnent un fils pour qu'il devienne un lama, mais cette pratique a tendance à disparaître. Ces enfants (novices) sont ordonnés moines au plus tôt à 20 ans et doivent respecter 253 préceptes . Du toit du monastère, la vue est magnifique (photo37 et 38)
Dernières photos souvenir de ce superbe monastère (photos 40 et 41)

Nous nous sommes rendus sur le terrain (photo 42) où l'on construira le futur internat pour les enfants de Lingshed. Un abri a été construit en terre pour abriter le ciment et le matériel. Les barres métalliques ont été recouvertes par des ronces séchées pour empêcher le vol. Le début de la construction est prévue pour mars 2005.

Ensuite nous avons été invité à Choglamsar par Lobsang Dolma où nous avons revu les enfants et avons dîné en leur compagnie. Ils nous avaient préparé chacun un petit texte en anglais et des chansons. Tsering Lanzes, la filleul de Dario et Dominique, est très fière et pose avec les livres scolaires offerts par Thibaut. (photo 43) . Isabelle a présenté les dessins des enfants de Fraiture et les chansons, succès garanti …. L'hospitalité de la famille Ladakhie est sans pareil !!! (photos 44 et 45). Finalement Isabelle et Thibaut achètent aussi la goncha !!!! En soirée nous répondons aux mails en ayant toujours une petite pensée pour Didou qui gère tout cela en Belgique.(photo 46)

« Le vrai bonheur ne dépend d'aucun être, d'aucun objet extérieur. Il ne dépend que de nous... »

Dalaï Lama
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46

Sur le toit se trouve le temple de Lamukhang où seuls les hommes sont autorisés à entrer... Lire la suite...

--------------------------------------------------------------------------------

JOUR 05 - Dimanche 30 janvier :

Leh – Chilling :

Aujourd'hui grand départ pour Chiling et le début d'une superbe Aventure. Nous longeons dans un premier temps l'Indus (photos 47 et 48) , la route, si on peut appeler cela une route, serpente sur la parois des montagnes. Nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises pour les 29 derniers km le long du fleuve Zanskar. Nous avons eu quelques belles frayeurs... Nous avons croisé un camion dans le fond du ravin...  la photo comme preuve (photos 49 et 50).
Chilling a été fondé à la fin du XVI e siècle par des artisans népalais dont 8 familles sont issues.

Nous avons été accueilli par nos porteurs et avons reçu chacun une katak de bienvenue (photo 51) ainsi que le Black Tea et Hot Milk traditionnel !!! (photo 54) . Nous avons ensuite remis à chacun une photo du Dalaï Lama ( Sa Sainteté le Dalaï-lama, Tenzin Gyatso, est né le 6 juillet 1935 dans une famille de paysans pauvres de la province d'Amdo au nord-est du Tibet. De ses quinze frères et sœurs seuls six ont survécu. À l'âge de deux ans, il fut reconnu comme le quatorzième de la lignée des Dalaï-lamas, le précédent étant mort en 1933. Le titre de Dalaï-lama signifie «océan de sagesse», et ceux qui le portent sont considérés comme des manifestations du Bodhisattva de la Compassion, Avalokitesvara - Tchènrézi en tibétain. Accompagné de sa famille, le jeune Dalaï-lama alla vivre à Lhassa où il reçut une formation religieuse et spirituelle complète. Il fut officiellement intronisé le 22 février 1940. En 1959, il passa son examen final à Lhassa au cours de la fête annuelle de prière du Mönlam . Il réussit brillamment, puisqu'on lui décerna le grade le plus élevé de geshe , qui équivaut approximativement au doctorat en philosophie bouddhique.)

…. ainsi que leur photo en polaroïd. Notre guide Dorjay Tsetan est tout sourire pour le début de cette grande Aventure …(photo 52)

Thibaut ne manque pas de prévenir l'Europe que tout se déroule comme prévu (photo 53) L' après-midi, visite du village de Chilling (quelques maisons perdues à droite où à gauche). C 'est le seul village du Ladakh où les hommes travaillent les métaux non ferreux : cuivre, argent, étain. Ils fabriquent tous les ustensiles de cuisine : louches, bols, cuillères, pots à tchang ainsi que les objets de culte : coupes à offrandes, trompes télescopiques, clochettes, etc.

Nous avons rencontré ces artisans (photo55) et acquéri quelques cuillères à Tsampa... on ne sait jamais, cela peut servir !!!! . Nous nous sommes ensuite rendus sur le trolley suspendu au-dessus du Zanskar (celui emprunté par Nicolas Hulot) mais les cordes pour y accéder étaient prises dans les glaces. En soirée, en s'écartant du camp, nous avons rencontré des enfants qui dévalaient le ruisseau gelé à toute vitesse … rencontre humaine … (photo 56)
Le camp est monté, nous allons passer notre première nuit sous tente. Demain nous partons pour la grande aventure .

« La sensation d'être heureux ou malheureux dépend rarement de notre état dans l'absolu, mais de notre perception de la situation, de notre capacité à nous satisfaire de ce que nous avons. »

Dalaï Lama.

47
48
49
50
51
52
53
54
55
56

Le Ladakh, « pays des cols » en tibétain, couvre 97 782 km 2 , environ trois fois la Belgique...Lire la suite...

--------------------------------------------------------------------------------

JOUR 06 - Lundi 31 janvier :
Chilling – TILAT-SUMDO

Nous avons quitté Chilling ce matin vers 9h30, un peu tard mais comme les porteurs ne pouvaient s'arranger sur les charges à porter, Dorjay a procédé au tirage au sort et tout est rentré dans l'ordre (photos 57 et 58)

Thibaut et Roland ont comme mission pour un cartographe Suisse de prendre tous les points des grottes et lieux importants avec le GPS.

Ils sont en communication tous les deux trois jours avec François Zaleski de la RTBf. radio pour expliquer l'expédition… Après une demi-heure de marche, nous avons fait nos premiers pas sur le Zanskar (photo 59) dit le « Tchadar » ou encore CHADAR. Ce mot désigne à la fois le fleuve Zanskar pris par le gel et la traversée sur celui-ci. Un Chadar Pa « celui de la Chadar », est celui qui a fait cette Ultime Liaison et, lors de sa première traversée, il reçoit son baptême… Pour les Cachemiri, Tchadar signifie : voile blanc. Un autre nom souvent employé est Khado Sanglam ou la piste des Dakini, c'est-à-dire la piste des Fées . On l'appelle également « La rivière de l'ombre » .
Nous sommes partis pour 100 km aller/retour, sur la rivière gelée… Le fleuve Zanskar se gèle en surface une fois par an entre janvier et février. Pour les Zanskaris, le trajet est ‘normal' car ils n'ont pas le choix, c'est un incontestable cadeau du froid et l'unique possibilité pour rejoindre le Ladakh. Pour nous, c'est un trek rare et totalement exceptionnel, de surcroît très sportif. De plus, nous le parcourons à l'envers par rapport aux Zanskaris.
C'est magnifique, le Zanskar qui coule. Parfois il disparaît sous la glace, parfois rapide, parfois lent, parfois avec remous, parfois c'est le calme … Un gros soleil a commencé à faire fondre la glace. Une de nos craintes était de devoir escalader des rochers, nous avons été servis. A plusieurs reprises, nous sommes passés quelques vires à quelques 7 ou 8 mètres au-dessus du fleuve.
Depuis le début, Roland nous casse la tête pour que nous prenions des bottes, et bien tonton Roland avait raison : sur 20 mètres, nous avons eu entre 20 et 35 cm d'eau. Nous avons fait quelques aller-retours pour permettre à nos porteurs de passer au sec. Un de ceux-ci à quand même préféré passer pieds nus au milieu des blocs de glaces . (photos 60 à 62)
"Le temps est magnifique, ensoleillé et même chaud. Surtout dans l'effort !! J'ai du enlever ma jupe et mon gros pull. Trop chaud. Parfois, j'aspire à être dans l'ombre !!! Mais dès qu'on s'arrête, il fait vite froid." (Isabelle)
Nos efforts ont été récompensés par des décors de rêves. Nous sommes arrivés au camp vers 15h à Tilat Sumdo, mais nous avons pris 2 heures de retard sur le programme. Les courriels partent mais pas les photos, je crois que les prochains jours, vu le canyon, l'envoi va être « sport » (photo 63). Tundup, notre assistant cuistot, prépare le repas. Dans ces conditions vraiment pas évidentes, nous avons très bien mangé !!! (photo 64) Il faut dire que l'on mange extrêment bien, mieux qu'à l'hôtel !!!

« Une nourriture sans sel équivaut à un travail sans joie »

Proverbe Ladakhi

57
58
59
60
61
62
63
64

Le Tchadar est « Le trek de haute montagne le plus plat du monde »....Lire la suite...

--------------------------------------------------------------------------------

JOUR 07 - Mardi 01 février :

TILAT-SUMDO – HOTONG BAO

Durant cette traversée, nous apprenons l' « ART DU TCHADAR PAS », l'art d'avancer en glissant sur la glace, tout en douceur, sans dépense d'énergie inutile, les pieds ne quittent presque jamais le contact au sol, à ce petit jeu c'est vraiment Isabelle qui se débrouille le mieux !!! Nous sommes équipés de bâtons télescopiques (photo 65) , mais certain d'entre nous (n'est ce pas Isabelle) préfère le bâton de bois de rose local qui sert également de sonde (sonore). Il permet d'entendre au bruit si la glace est solide ou pas ! C'est une vraie lecture de la glace. Il y a deux choses à considérer : le visuel et le sonore. Plus ça sonne mat, plus la glace est épaisse, au contraire, les « bongs » creux de certains secteurs incitent à la prudence, soit à passer rapidement, soit à faire demi-tour ! Le mot à ne pas entendre est « Sopo » … « Mauvais », par contre « DEMO ou MA DEMO » « BON ou très BON »

Afin de pouvoir filmer convenablement, il faut faire confiance à l'épaisseur de la glace !!! (photo 66) La journée se complique de plus en plus car l'escalade des rochers est de plus en plus difficile, mais la solidarité avec nos porteurs est totale et nous essayons tant bien que mal de les aider. (photos 67 et 68) Certains passages sont délicats que se soient sur la glace où dans les rochers. (photos 69 et 70)

Les paysages, le soleil, le fleuve : l'ensemble est de toute beauté (photos 72 et 73) Dans une grotte nommée Bakula, un Hermite a vécu dans un dénuement total (photo 71) ,

Les glaces peuvent changer de consistance très rapidement sur de petites distances, en raison de l'ensoleillement, du courant ou des sources souterraines qui arrivent dans le fleuve. Le temps qui se couvre a une influence sur le réchauffement du canyon et dilate les glaces, ce qui donne une splendeur extrême à certains passages (photo 74) . Nos porteurs sont équipés de traîneaux afin de répartir leur charge et de les faire glisser sur la rivière (photo 75) . Cette journée nous réserve une des surprises la plus incroyable de cette expédition: la rencontre avec les traces du léopard des neiges (photos 76 et 77) . Celui-ci habite les hautes montagnes de l'Asie centrale, et du nord de l'Inde : l'Arunachal Pradesh, le Sikkim, l'Uttar Pradesh, la zone de Himachal Pradesh et du Jammu et Cachemire. Cet animal solitaire est de teinte générale gris clair, légèrement crème ou bleuté, ventre blanc jusqu'au menton, de grandes taches noires sont réparties irrégulièrement sur tout le corps, sa queue est longue et épaisse. Il peut peser de 23 à 41 kg. Il chasse les chèvres, l'ibex, le mouton bleu et le shapu les suivant à travers les pentes dans leur migration saisonnière. Pendant l'hiver, le léopard des neiges se disperse sur les montagnes inférieures. Les observations semblent indiquer que cet animal chasse tôt le matin et en fin d'après-midi. La population du léopard des neiges dans le Ladakh est d'environ 200. L'ennemi principal de cet animal est assurément l'homme. Il est chassé pour sa peau et afin de protéger le bétail. Si cela continue le léopard des neiges ne survivra pas, excepté dans quelques secteurs d'isolement ou en captivité !!!!!

"Je porte le sac de Thierry qui n'avance pas, il n'est probablement pas encore bien acclimaté. Je trouve la marche assez facile, mais les autres (garçons) trouvent çà dur …" (Isabelle)

Nous montons notre camp vers 17h à Hotong Bao. Nous avons presque rattrapé notre retard du jour précédent. La fatigue se fait sentir et un bon repas préparé par « CHOPO » notre chef-cuistot est un très grand réconfort (photo 78) . Comme chaque soir, notre lampe tempête a bien du mal …. La tente n'a jamais pris feu !!!! (photo 79)

« Il n'importe pas qu'un être soit croyant ou non : il est plus important qu'il soit bon. »

Dalaï Lama.

65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79

Petit lexique Ladakhi. Lire la suite...

--------------------------------------------------------------------------------

JOUR 08 - Mercredi 02 février :
HOTONG BAO – Nyrakpulu.
Encore une journée pleine d'émotion, lors d'une pause repas de midi qui dure invariablement 1h. Nous rencontrons un papa et son fils de 8 ans, Nawang Tseta, qui se rendent à Leh pour la première fois pour l'inscrire à l'école. Nous les invitons à partager notre repas (photos 80 à 82) .Nous sommes là pour une expédition mais eux juste pour un besoin vital …. Quelle différence !!!!

La marche est assez « sport », on en bave pas mal !!!! On a dû plusieurs fois escalader la roche. Quand on marche sur des parties de glace fendue, les porteurs nous disent de se grouiller car ça peut se fendre …. La glace devient de plus en plus fine. Ayant fait l'expérience de passer à travers et afin d'éviter d'être complètement trempé, j'ai eu le bon réflexe de me coucher sur la glace pour répartir mon poids sur une plus grande surface. Ceci dit la glace ça glisse, et Thierry en fait souvent l'expérience... Les porteurs se rendant compte de la fine épaisseur sont obligés de se coucher pour étaler leur poids (photo 83). Le risque n'est pas énorme, au pire on tombe dans 30 cm d'eau, mais avec les tem pératures ça ne donne pas vraiment envie !!! Mais comme à chaque fois, les moments durs sont vites oubliés par la beauté des paysages et les moments forts vécus avec les porteurs. 

Isabelle arbore fièrement le porte-bonheur du fleuve, petit brin venu de l'arbre baptisé «Tchoupa » (photo 84) . Nous avons beaucoup de chance avec ces journées ensoleillées, le contraste du bleu-noir du fleuve, la glace et la neige sont magnifiques (photos 85 et 86) . La rivière disparaît par endroit brutalement sous la glace et emprisonne l'air sous la glace (photo 90) , Enfin nous arrivons tout près du village de Nierak situé au-dessus du Canyon. Une histoire ou légende par rapport à ce village… « Au village de Nierak, il n'y avait jamais assez d'eau pour irriguer les champs. Un jour, un roi partit au Ladakh demander à un ermite d'aider le village. L'ermite lui donna deux divinités dans un panier d'osier ; il fit jurer au roi de ne jamais regarder à l'intérieur… Le roi tenu sa promesse jusqu'au pied du village mais là, il regarda à l'intérieur. Une des divinités partit se cacher dans une grotte et l'autre fût amené au village mais, à elle seule, n'arrivera jamais à irriguer tous les champs… » Le village de Nierak souffre toujours du manque d'eau. Nous sommes subjugués par la beauté de cette fameuse cascade qui est immortalisé par les superbes photos d'Olivier Föllmi (photos87 à 92) Encore quelques centaines de mètres et nous atteignons notre camp.

Nous avons marché 8 heures…. le temps a changé, il fait glacial…. De plus, il y a beaucoup de vent, ce qui complique les choses. Les nuits à -20°C sont très pénibles, nous dormons dans de toutes petites tentes. A deux, avec l'humidité, on se réveille le sac de couchage complètement givré !!!! Pour l'anecdote, j'ai mis ½ heure pour réchauffer près du feu la boîte dans laquelle se trouve le téléphone iridium avant de pouvoir l'ouvrir pour enfin donner des nouvelles à nos familles. Nous n'avons pas vraiment l'occasion de nous réchauffer ou du moins d'avoir moins froid !!

Après le repas et quelques instants passés avec nos porteurs près du feu, nous avons décidé de dormir en dur dans un petit moulin, à part. Thibaut, Thierry et moi avons passé une nuit d'enfer !!!!! (photos 93 et 94)

« On ne peut être aimant et compatissant sans contenir ses désirs et ses intérêts immédiats. »

[Dalaï Lama]
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94

En tant qu'Occidentaux nous nous devons de respecter la culture locale.Lire la suite...

--------------------------------------------------------------------------------

JOUR 09 - Jeudi 03 février :
Nyarakpulu – Lingshed.
Après une heure et demi de marche sur le Tchadar nous arrivons à l'embranchement d'une rivière qui descend du village de Lingshed. Une grande tente y est installée où l'on peut prendre un thé, nous ne nous y attardons pas trop car la montée va être assez « sport » vu les conditions d'enneigement … Une paroi est remplie de graffitis, où notre guide y appose sa signature comme pour conjurer le sort (photo 95) Le Tchadar est « Le trek de haute montagne le plus plat du monde », en effet, nous sommes à 3300 m d'altitude et le village de Lingshed se situe à 4000m, donc … voilà ….. Bonne Journée.
La pause de midi dans ces conditions nous fait grand bien (photo 96) et la montée continue, certains passages sont vraiment limites !!! La première maison est en vue et nous sommes accueillis par le premier enfant (photo 98) . La maman de la filleul d'Isabelle lui a remis une katak jaune et puis tout le village est là pour nous offrir des kataks de bienvenue (photos 99 et 100) . On a dû serrer plus d'une centaine de mains ! Et toujours un Julley pour chacun. Certains nous disaient « How are you ? » ou « Good afternoon! », ce qui nous essouffle !!!

« Lingshed n'est ouvert au monde en hiver que par le TCHADAR. »

Lingshed (ou Lingshet ) est un village situé entre 3700m et 4000m d'altitude. Il fait partie de la région de Trans-Senge-la qui comporte 7 autres villages : Dipling, Skumpata, Gongma, Kartse, Yulchung, Neraks and Zingchan. Tous ces villages sont uniquement accessibles à pied après plusieurs jours de marche. En été, il faut 3 jours pour atteindre Lingshed depuis Phanjila dernier village accessible par la route, à une journée de bus de Leh.

Le nombre d'habitants est d'environs 1100. Les habitants sont principalement paysans. Ils cultivent l'orge, le blé et les pois. Ils élèvent des yacks, des dzo (croisement de vache et de yack) et des chèvres. Ils utilisent leur lait pour faire du beurre et du fromage, leur peau et leur laine pour se vêtir, leur viande pour se nourrir et leurs bouses comme combustible pour la cuisine. La maison où nous logeons est celle de Tanchi Wangdup (photo 101 ). Elle possède une terrasse plate sur le toit où ils travaillent au soleil : ils tissent la laine, confectionnent et réparent ustensiles, vêtements et chaussures. Nous prenons un petit peu de repos. Les enfants, notamment Sonam, le fils de la maison, sont vraiment intrigués par l'armada informatique de Thibaut (photos 102 et 103) . Le moyen de chauffage de notre chambre est le « Donkey Dung », c'est-à-dire des excréments animaliers !!!

« Le bonheur se distingue du plaisir : ce dernier n'est pas lié au sentiment de l'existence, on ne s'y oublie pas en tant qu'être singulier. Ici se loge la deuxième raison qui peut expliquer la rareté de ce bonheur en littérature. »

Dalaï Lama

 

95
96
97
98
99
100
101
102
103
104

Le monastère (Lingshed gompa ), de son vrai nom Kumbum, fut fondé au Xè siècle.Lire la suite...

--------------------------------------------------------------------------------

JOUR 10 - Vendredi 04 février :
Lingshed – Lingshed.
Nous commençons notre journée par la rencontre avec les enfants de l'école solaire (photo 105) . Ils vont à l'école de 10h à 16h avec une pause de 13h à 14h du lundi au samedi, hiver comme été.
En 1995, une association autrichienne "Les amis de Lingshed", engage 2 professeurs privés pour donner cours à une trentaine d'élèves...à l'extérieur! Quatre ans plus tard, la construction d'une école se prépare. D'abord, en tirant, pendant l'hiver, 200 grosses poutres en bois sur cette rivière par laquelle nous sommes arrivés; ensuite, au printemps, chaque villageois monte sur ses épaules une poutre, de la rivière jusqu'au village. Quatre mois plus tard, l'école est terminée, construite de manière traditionnelle avec de la boue séchée et dotée de panneaux solaires. Les locaux étant chauffés, les instituteurs peuvent même donner cours pendant l'hiver. Des chambres sont également construites pour permettre aux instituteurs de rester sur place. L'école possède une serre pour les légumes et des sanitaires. En 2001, elle est agrandie, 2 systèmes de panneaux solaires sont ajoutés, les quartiers des professeurs et la cour de récréation sont améliorés, et un plancher en bois est installé. Toutes ces activités se font avec l'accord et la participation active des villageois. Nous assistons au cours et les enfants sont heureux de se voir dans l'écran lcd de l'appareil photo numérique. Ils apprennent l'anglais, l'hindi, le bodhik, les mathématiques …. (photos 106 à 109) . Nous avons été émus aussi par l'histoire de cette petite fille, Stanzin Eshey, originaire comme notre guide du village de Tsartsar, et qui vit ici 11 mois par an. Elle ne rentre qu' 1 mois par an chez ses parents. Les nuits dans l'école sont longues, nous a-t-elle confié. Nous lui avons laissé de la nourriture,une lampe de poche, livre etc... et nous lui enverrons des chaussures depuis la Belgique. (photo 107)

La présidente de l'association autrichienne "Les Amis de Lingshed" est Greta Kostka, que nous avons rencontrée à Leh. Le responsable Ladakhi avec qui Greta et son équipe travaille est Sonam Dorje, qui nous a rendu visite en Belgique juste avant notre départ. A Leh, Greta nous a confié des lettres et des colis pour les instituteurs de Lingshed et des villages voisins.

Vous pouvez trouver de plus amples informations sur l'école solaire en visitant le site : http://www.solarschule.org/

Les enfants nous ont préparé un spectacle incroyable, mêlé de chants et de danses,...moment indescriptible …. (photos 110 à 112) Isabelle a offert à cette école un superbe globe gonflable qui a fait forte impression !!! (photos113 et 114)

Nous sommes partis pour le monastère (Lingshed gompa ) situé a 4000 mètres d'altitude (photo 115), de son vrai nom Kumbum, fut fondé au Xè siècle. La légende dit qu'une pierre en feu signala à un ermite un emplacement sacré. C'est un important centre spirituel du bouddhisme tibétain. Il est le seul de la région. Il dépend de Ngari rinpoche, c'est-à-dire de Likir, et est donc de dépendance « Gelugpa », les « Vertueux » ( ou Bonnets Jaune) .(photo 117)

Je voulais retrouver les moines qui posent sur le trekmag n°50 mais pas de chance ils sont dans le sud de l'Inde. Cependant, certains moines le reconnaissent et veulent poser a leur tour avec la revue (photo 121) Toujours notre séquence « pola ». Cette rencontre avec les moinillons ainsi que la visite du monastère ont été un moment de pur bonheur …(photos 116 à 125)

Nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises car le village nous a préparé une magnifique fête sur le toit de notre logement, 200 personnes … je me demande si les normes sismiques sont respectées ???? Cela a tenu le coup !!!!

L'habit traditionnel de l'homme est la goncha , un épais et long manteau, attaché au cou et sous le bras, et ceinturé à la taille par une écharpe de couleur appelée skerag . Les femmes portent une robe similaire appelée kuntop et sur leur dos elles revêtent un châle coloré. Les femmes (et les hommes âgés) portent comme chapeau de tous les jours, un gonda, une sorte de haut couvre-chef avec de protubérants couvre-oreilles. Lors des grandes occasions, les femmes s'habillent d'une superbe coiffe appelée perak (photo 128) . Il est fait de peau d'agneau noire ornementée de turquoises, de coraux et d'émeraudes. Il a la forme d'un cobra, large sur le dessus de la tête et s'amincissant dans le bas du dos. Sur les côtés, de larges protège - oreilles en laine, car jadis, d'après la légende, une reine souffrit d'un mal aux oreilles et eut besoin d'une protection contre le froid. Le perak se transmet de mère en fille depuis des générations et est souvent une des seules richesses de la famille.

Les chants et danses sont accompagnées du son caractéristique du Surna (hautbois) et du Daman (tambour), introduits à l'origine au Ladakh du Baltistan Musulman, mais joués maintenant uniquement par les musiciens bouddhistes, les Mons .

L'élément le plus important de la culture séculaire est la grande variété de chants et poèmes pour toutes les occasions, ainsi que des versions locales de la Kesar Saga, épopée nationale tibétaine. Les habitants sont profondément imprégnés de musique et de danse, et l'art dramatique matérialise l'ardeur religieuse. Les chants et les danses Ladakhis sont d'une conception et d'un contenu simples , facile à exécuter. Ils traduisent la nature simple et noble des Ladakhis. Mais notre cuistot « CHOPO » a mis le feu et a bien amusé les enfants !!!! (photos 127 et 130) Après distribution de tout le chocolat qu'il nous reste nous regagnons notre chambrée toujours accompagné par les enfants …

"Le père de Rigdol, ma filleulle, me donne une bouteille pour Rigdol, je pense que c'est du yahourt, et cinq petits pains pour moi pour la route. Je pense que c'est fait avec de la Tsampa. J'en mange un... c'est un peu comme le pain que je fais à la maison." (Isabelle)

« Si nous devenions violents, nous n'aurions plus rien à défendre. »

[Dalaï Lama]

105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
121
122
123
124
125
126
127
128
129
130

--------------------------------------------------------------------------------

JOUR 11 - Samedi 05 février  :
Lingshed – Nyarakpulu .
La descente s'opère calmement. Nous avons passé deux jours fabuleux, mais le temps empire et les chutes de neige deviennent permanentes. Une fois regagné le Tchadar, nous croisons une famille qui nous demande d'aider leur petite fille. Nous la soignons le soir au camp…ses pieds étaient dans un état indescriptible. A ce moment, je ne sais pas pourquoi, j'ai pensé à MSF et je me suis dit …. Bravo les Garçons et les Filles médecins qui sillonnent le monde pour aider les gens avec parfois très peu de moyen… Cette petite fille s'appelle Lobzang Choskit, et pour la petite histoire nous l'avons revue à leh quelques jours plus tard et elle allait beaucoup mieux.( photos 131 et 132 )
« Ce matin j'ai accompagné le groupe de tête des porteurs. C'est la première fois que je dois faire un effort pour suivre, je suis contente quand il est midi et que nous nous arrêtons. » (Isabelle)

« Un ennemi acquis sans effort, c'est un trésor surgi dans la maison il doit m'être cher, cet auxiliaire de ma carrière spirituelle. »

Dalaï Lama

131
132

La médecine tibétaine est un système thérapeutique traditionnel pratiqué depuis plus de 2500 ans.Lire la suite..

--------------------------------------------------------------------------------

JOUR 12 - Dimanche 06 février  :
Nyarakpulu – DEEPYOKMA .
Nous repassons près de l'arbre « CHOUPA » mais cette fois-ci nous sommes de l'autre côté sur la rive car le fleuve dégèle complètement (photo 133) . Les passages d'eau sont de plus en plus fréquents (photo 134) . Nous arrivons à notre camp de Deepyokma où maintenant nous dormons dans la tente mess. Nous l'avons un petit peu transformée en faisant une avancée (photos 135 et 136).

REMERCIEMENTS :

Cette expédition n'a pas été conçue et réalisée uniquement avec les membres de celle-ci… Elle le fut avec l'aide et le soutien de nombreuses personnes… Nous les remercions du fond du coeur :

•  A toutes nos familles respectives

•  A Michel Dernies , échevin des sports de Tubize.

•  A François Zaleski de la rtbf pour le suivi radio de l'expédition.

•  A Christophe Raylat de trek mag.

•  A Patricia Van Malderen qui me soutient depuis toutes ces années en tant qu'épouse et collaboratrice des montages vidéo et des logos de l'expédition

•  A Didier Bruynbroeck pour le site internet et sa dévotion totale

•  A Marianne Chaud qui nous a autorisé à publier un de ses articles, elle a notamment collaboré avec Nicolas Hulot pour une émission d'Ushuaïa Nature consacré au Ladakh

•  A Serge Michaux pour sa participation au matériel médical et son soutien fidèle

•  A Jean-Michel Vigny, un ami du Pôle, pour le prêt des batteries vidéo, le phare d‘éclairage et le panneau solaire

•  A Jean-Claude et Sylvana Taburiaux (Autres Regards) pour l'intronisation chez les nonnes de Cullican proche de Rizong et de Leh

. A Willy Schittekkatte pour le prêt de l'appareil photo polaroïd.

. A la presse écrite via Annick Couppez ( Nouvelle gazette) et Fanny Guillaume (Vers L'avenir.)

•  A Jon Kent pour son enthousiasme et son énergie, et au Comité de Charité de Clearstream, pour la récolte de fonds au profit de la construction de l'internat à Leh.

•  A Duncan Gatley pour son aide précieuse et continue dans la traduction du site en anglais

•  A L'équipe de chez Starpole pour son soutien logistique

•  A Matthias Huber des Editions Olizane et Abram Pointet (concepteur) pour l'emploi de leur carte Ladakh-Zanskar CENTRE (Leh-Padum-Pangong) au 1/150000 utilisée comme carte de suivi journalier 11, rue des Vieux-Grenadiers
1205 Genève (Suisse) http://www.olizane.ch
Tél. 00 41 22 328 52 52
Fax 00 41 22 328 57 96

•  A Stanzin Lakpa pour l'organisation et la logistique sur place au Ladakh

•  A Maryem et Camille Clémens de Grenoble pour tous leurs renseignements sur ce périple

•  A toute l'équipe du Tibetan Development Foundation (TDF)

•  A Véronique Schindeler pour ses photos et renseignements

•  A Tony Bruls pour un don de 25€ pour les nonnes de Culican.

•  Aux élèves de 5ème primaire de l'école de Fraiture et à leur institutrice Séverine pour leur générosité et leur enthousiasme à communiquer avec les élèves de Lingshed

•  A toutes les personnes qui ont donné des livres et des vêtements chauds

•  Et à toutes les personnes qui nous ont soutenus d'une façon ou d'une autre.

« On s'intéresse à ses membres comme parties de son corps, pourquoi pas aux hommes comme parties de l'humanité ? »

Dalaï Lama

133
134
135
136

Le Ladakh a une variété impressionnante d'animaux. Lire la suite...

--------------------------------------------------------------------------------

JOUR 13 - Lundi 07 février :

DEEPYOKMA – TILAT-SUMDO .

Sûrement la journée la plus dure du trek, ce sont nos photos en portrait au début du site qui témoignent de celle-ci. Nous étions partis d'une demi-heure que j'entends crier Thierry. Au moment où je me retourne il est déjà enfoncé jusqu'aux genoux, et au moment où il attrape mon bâton « CRAC » il s'enfonce jusqu'à la taille. Résultat des courses : tous les deux par terre mais hors de l'eau … Une heure plus tard, Thierry peut se sécher au coin du feu pendant la pause.
Les conditions sont de plus en plus difficiles, les escapades dans les rochers se font de plus en plus risquées. A un moment, tout le groupe de tête avec Thibaut et Isabelle fait demi-tour, car sur une portion d'un kilomètre, il y a de l'eau libre partout avec des falaises de plus de 100 mètres de haut. Thibaut et moi-même voulons traverser dans l'eau mais un de nos porteurs que l'on a nommé « Wilson » nous montre que l'eau arrive jusqu'à la poitrine. On n'a pas le choix, il faut grimper un rocher vertical de +/- 4 mètres, puis, une quarantaine de mètres dans un mélange de rochers et de terre molle,... cinq minutes auparavant, un porteur est resté pendu dans le vide dans ce passage. On est pas très rassuré …. Content que nous avions pris une corde. Passé cet obstacle de taille, nous regagnons la rivière mais nous avons perdu beaucoup de temps et nous rentrons de nuit à Tilat-Sumdo. Cependant, nous sommes soulagés car demain sera une courte journée … La soirée se passe vite avec tempête de neige et tout ce qui va avec …. Froid, mauvaise humeur (bien vite passée) etc … Dorjay vient sécher ses pieds et chaussures près de notre gaz.(photo 138)

« Lorsque nos intentions sont égoïstes, le fait que nos actes puissent paraître bons ne garantit pas qu'ils soient positifs ou éthiques. »

Dalaï Lama

137
138

Le Ladakh est bouddhiste (on l'appelle le « Petit Tibet ») et musulman . Lire la suite...

--------------------------------------------------------------------------------

 

JOUR 14 - Mardi 08 février :

TILAT-SUMDO – Chilling

Nous repartons tôt vers 08.30 h sous un tapis blanc (photo 139) . Nous savons que vers midi nous serons de retour à Chilling ce qui me permet de prendre encore quelques photos de nos incroyables porteurs par leur force et leur gentillesse (photos 140 à 143) Le plus fatiguant, c'est le stress à chaque pas, il faut être concentré pour éviter de se faire surprendre. Thierry met de nouveau le pied dans l'eau avec la botte bien sûr, il tient aussi le record des chutes sur la glace suivit de Roland !!!

Arrivé au village de Chilling, Lakpa nous a rejoint et nous faisons la distribution des vêtements toujours avec le même système de tirage au sort. La fameuse caisse que l'on a envoyé avec Thibaut est complète (photo 144) nous n'oublions pas non plus les pourboires …. L'AVENTURE se termine ici en espérant en revoir certains un jour …. Mais en été !

Après quelques heures de route vraiment dangereuse, nous rejoignons Leh.

"Aussi longtemps que l'espace perdurera. Aussi longtemps que les êtres y demeureront, Puisse-je moi aussi y demeurer avec eux Pour dissiper leur souffrance."

Shantidéva, cité par Sa Sainteté le XIVème Dalaï-Lama

139
140
141
142
143
144

Sa Sainteté le Dalaï-lama, Tenzin Gyatso, est né le 6 juillet 1935 dans une famille de paysans. Lire la suite...

--------------------------------------------------------------------------------

Du Mercredi 09 février au 15 février
Leh - Leh
Nous serons bloqué cinq jours à Leh. Notre sport quotidien consistait à se présenter à l'aéroport et à attendre toutes les péripéties avant que l'on nous dise que le vol est annulé. Soit disant, c'est pour la neige sur la piste, puis le plafond nuageux trop bas, et un jour tout cela est remis ensemble et on décolle quand même! N'y a-t-il pas un problème économique là-dessous ????
Nous avons changé d'hôtel pour aller au Omasilla,l'accueil est vraiment sympa et en plus on y mange bien. Pour ceux que cela intéresse Nicolas Hulot y a dormi lors du tournage d'un Ushuaïa Nature www.omasila.com
Les jours se suivent et se ressemblent....Toujours pas de vol pour se rendre à Delhi. L'attente est longue, nos familles et nos proches nous manquent. Cela fait partie de l'expédition et nous sommes tributaires de la météo. Depuis une semaine l'aéroport est bloqué par la neige et demain matin nous nous y représenterons en espérant que les avions décollent. En tout cas une chose est sûre, nous ne serons pas en Belgique avant lundi, et ce dans le meilleur des cas....Il nous reste à espérer de rejoindre Delhi demain ou dimanche matin.. Pour le moment nous tuons le temps. Et comme notre ami Thibault , nous attendons.... Nous immortalisons la rencontre avec l'épouse de notre guide Dorjay (photo 145)

« Il n'y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile, il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel. »

Dalaï Lama

 
 
 
145
 

 

EQUIPEMENT TCHADAR 2005.

“Nous croyons faire un voyage, mais c'est le voyage qui nous fait”

IMPORTANT : cet équipement doit être réparti en 2 bagages :

- Un bagage à main (sac à dos de 50 litres) pour mettre les caméras, appareil photos, vêtements et bottes lors du Tchadar.

ATTENTION : en Inde pour les vols intérieures (domestic) aucunes piles ainsi que les cartes mémoires ne peuvent être dans ces appareils (cause de sécurité), il faut les mettre dans le bagage de soute, la police ne rigole pas !!!!

- Une valise de voyage pour la soute dont le poids ne peut dépasser l'indication du billet de vol.

- Un sac style marin ou kit bag pendant le trek de la Tchadar, qui ne doit pas dépasser les 20 kg pour les porteurs. Ce sac permet une grande facilité de portage et de rangement + sac plastique transparent pour emballer les vêtements (protection si le sac tombe dans la rivière et protection contre le fuel que les porteurs transportent avec eux)

Matériel personnel indispensable pour l'hiver

( en plus du matériel nécessaire à un trekking normal )

A moins d'adopter la traditionnelle et efficace tenue ladakhie (robe de laine ou veste (Goncha) et souliers à poulaine,

ça se fait …). L'équipement «MONTAGNE » est nécessaire … Nous nous basons sur notre expérience du pôle Nord géographique ….. Notre pire ennemie … l'humidité …. Demander des tentes 3 places pour 2 avant de partir, mais l'idéal est de dormir dans la tente Mess !!!!

 

Tête :

- Bonnet

- Cagoule

- Casquette (facultatif)

- Foulard ou tour de cou (facultatif)

- Masque néoprène (facultatif)

Yeux :

- Lunettes de soleil, de préférence de glacier avec protections latérales (de glacier facultatif)

Corps :

Le système multicouches est le plus efficace ….

- 2 chemisettes style (damart). Et de simples T-shirt.

- 2 sweat.

- 2 polaires .

- Sous-vêtements.

- Une veste avec capuche. A ce propos il y a deux écoles, la première vêtement de marque que l'on garde ( veste de +/- 300€) ou une veste de +/- 40 € que l'on peut laisser a un porteur A VOUS DE VOIR …..

- Une autre veste de réserve ou un coupe-vent style K-way (pour autant que vous ne transpiriez pas dans le K-Way).

Mains :

- Deux paires de sous-gants.

- Deux paires de moufles.

- Une paire de surgants .

Jambes :

- Caleçon style (damart).

- Sous-vêtements.

- Deux pantalons de toile.

- Un pantalon de ski avec bretelles.

Pieds :

- 3 fines paires de chaussettes .

- Un paquet de sacs de plastiques qui recouvrent le pied pour le système V.B.L. Vapor Barrier Liner (sacs poubelle de 10l.)

- 2 grosses paires de chaussettes style ( T4 veut dire quelles sont plus chaudes)

ON LAISSERA UNE TENUE COMPLETE A LEH POUR L'APRES TREK.

Chaussures  :

•  Les chaussures hivernales de type SOREL sont à toute épreuve du froid , mais les chaussons intérieures ont du mal a séchés  !!!!!

•  Des bonnes chaussures de trekking avec sur botte en supplément.

•  Après le choix judicieux de chacun une paire de trekking de réserve n'est pas négligeable.

•  Une paire d'antidérapants SPIKY PLUS de Charlet Moser afin de ne pas tomber sur la glace conseillé pour ceux qui n'ont pas « Le Pas Tchadar » mais ils sont assez fragiles n'hésitez pas a les enlever quand vous marchez sur les pierres !!!!!!

•  Des bottes en caoutchouc pour passer les parties inondées de la rivière, toujours à placer sur le côté du sac à dos pendant le trek Tchadar.

ATTENTION CERTAINS ARTICLES DOIVENT ETRE PRIS EN PLUSIEURS EXEMPLAIRES. PRENEZ EGALEMENT DES VÊTEMENTS QUE VOUS EMPLOIEREZ S UR PLACE ET QUE VOUS DONNEREZ AUX PORTEURS.

DIVERS :

- Passeport et visa + photocopies en cas de perte !!!!!

- Vérifiez vos vaccins

- Argent liquide + carte bancaire avec pochette étanche.

- Le matelas mousse n'est pas indispensable, il est fourni (rien n'empêche d'amener le vôtre pour confort supplémentaire…)

- Un excellent sac de couchage (duvet), conçu pour les froids polaires est indispensable pour pouvoir bien récupérer durant la nuit, mais n'investissez pas nous avons des trucs comme un simple sac de couchage couplé avec une couverture de survie … Regarder les promos des grandes surfaces mais avoir au minimum un –10 °

•  1 thermo incassables pour la journée (thé chaud), en altitude il faut boire beaucoup afin de combattre la déshydratation, et encore plus lorsque l'air est sec!

•  Sacs plastiques de diverses tailles , pour les pieds – pour protéger les vêtements de l'humidité dans le sac marin, de préférence transparent.

•  1 paire de bâtons télescopiques.

- 1 lampe frontale style TIKKA de chez Petzl.+ piles.

- Lacets de rechange.

- Une brosse à poil dur, afin de brosser le givre ou la glace de nos vêtements le soir.

•  Matériel de toilette de préférence des lingettes ALCOOLISEES pour le Tchadar car elles ne gèlent pas.

•  Papier toilette .

•  Crème solaire + protection pour lèvres.

•  Boules quies (ronfleurs, rivière, esprits des montagnes,…)

•  1 canif.

•  Un carnet et crayon car les stylos gèlent avec le froid.

•  Cadenas pour fermer les sacs de voyage.

•  Des repas lyophilisés, je vous conseille à base de pâtes, en cas de problèmes gastrique s ….

•  Barres de céréales et pâtes de fruits pour la journée.

•  Nous pouvons prendre aussi de la nourriture de chez nous pour faire goûter aux porteurs.

•  Cigarettes pour les porteurs.

•  Briquet

•  Couverture de survie.

•  Ficelle et papier collant style DUCK.

EQUIPEMENT DE COLLECTIVITE :

•  Caméras mini-dv (Grand-angle et Lampe d'appoint indispensable)

•  Divers appareils photos Argentiques et numériques

•  Cassettes pour caméras.

•  Films photos pour argentiques

•  1 Appareil photo Polaroïd + Films comme souvenirs pour nos porteurs et personnes rencontrées au fil de notre Aventure

•  Piles pour les divers appareils ainsi que batteries.

•  Photos du Dalaï-Lama.

ATTENTION AVEC LE FROID PRENDRE LES PILES EN SUFFISANCE OU DE QUOI RECHARGER LES BATTERIES NOTAMMENT PANNEAUX SOLAIRES.

•  Notre expédition sera équipée d'un téléphone sa telli te + kit-data avec une batterie supplémentaire.

•  Gps et altimètre.

•  Marteau-piolet + pitons pour les passages éventuels hors rivière.

•  1 corde de 30 mètres.

TROUSSE MEDICALE :

AFIN DE NE PAS AVOIR PLUSIEURS MEDICAMENTS EN TROP ON SE CONCERTERA ENSEMBLE.

•  Problèmes digestifs : Immodium instant, Ercéfuryl 200, ….

•  Antibiotiques : Augmentin, Valtran …

•  Diamox (mal des montagnes) – à demander au médecin – ATTENTION A SON UTILISATION.

•  Compeed (ampoules aux pieds)

•  Léger sommnifère.

•  Désinfectant style Isobétadine …..

•  Aspirine ou équivalent.

•  Comprimés purificateurs style Micropure.

•  Produits pour les maux dentaires.

•  Maalox pour lourdeur d'estomac.

•  Strepsils pour maux de gorge.